Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que sont les ouvrier(e)s devenu(e)s. Pour quelles galettes sont-ils vendus

Crise,

crise de la politique, 

politique en crise

et

classe ouvrière

Que sont les ouvrier(e)s devenu(e)s. Pour quelles galettes sont-ils vendus

 

 

Quelques idées comme cela, dans le moment, en passant, idéees qui se percutent dans le chaudron ambiant :


Alors que les luttes sociales parfois dures se déroulent dans le pays.


Alors que maires, conseillers généraux se précipitent pour donner leur point de vue sur ces conflits plus souvent sur les plateaux TV, les studios de radio ou les rédactions que sur les piquets de grève.


Alors que les questions de l'école ont au cœur de débats intenses, que la fonction publique territoriale est menacée dans son architecture.


Une question qui ne peut dans le moment être passé aux profits et pertes : comment se fait-il que la classe ouvrière qui représente plus du quart des actifs de ce pays, comment se fait-il que les agents des catégories les plus en proximité avec les populations soient systématiquement écartés des mandats électifs.

 

Pas compétents ? qui a fait mieux que Marcel Paul ou Amvroise Croizat?


Une étude de "Bastamag (bastamag.net/Pourquoi-si-peu-d-ouvriers-?) nous apprend par exemple que les ouvriers représentent plus de 30% des électeurs dans le monde rural (et 21% quand même en milieu urbain) mais 5% des maires sont ouvrier(e)s, la place des élu(e)s là tire encore plus le score à la baisse.

 

Est-ce seulement lié à de la timidité ou des capacités d'élocution ?


Alors que la fonction municipale est une des plus ancienne et d'aspect plus démocratique de notre pays, elle fonctionne comme un premier sas permettant d'accéder à l'extase de l'aéroponie* dès lors que ce sont les notables (médecins, notaires, cadres de la fonction publique d'état plus rarement territoriale qui tiennent les verrous, toutes professions formées pour assurer un encadrement de proximité des populations à partir d'outils idéologiques éprouvés par deux siècles d'expérience et de domination, affutée par 70 années de craintes de voir les encadrés contester la place des encadrants.

 

Notaires et huissier ancrage de la droite locale, en sont une illustration parfaite tant la question de la propriété ert des moyens mpublics mobilisés pour valoriser la propriété privée agraire ou industrielle sont au coeur des débats.


Aujourd'hui, la professionnalisation de la politique grande victoire du capital dans la mesure où elle lui permet d'organiser la condition de son exercice à partir de ses intérêts pousse à ne conserver la présence ouvrière que dans rôles marginaux, d'alibis ou disons de plantes vertes dans le dosage.


Ce reformatage de la représentation politique en France traverse TOUTES les formations politiques. A droite, normale. Au PS dans la logique historique d'un réformisme revendiqué. 

 

Concernant le parti qui se voulait être celui de la classe ouvrière, ce reformatage a été construit autour d'une orientation résumée dans un mot d'ordre célèbre : "nous voulons être un parti comme les autres".

 

Il s'est synthétisé en un mot qui plus le P"c"F se trournait vers Hue plus il allait à dia : "mutation".


C'est certainement le seul acquis qu'on ne pourra pas leur contester, ils y ont brillamment réussi. 

 

Mais pour devenir comme les autres, il faut se formater à l'aune des autres.

 

Et donc se séparer de ce qui faisait l'originalité : la présence massive et diversifiée du monde du travail et de la création, et singulièrement de ces ouvriers qui donnait son ancrage de classe et portait des orientations calées sur l'objectif immédiat et à long terme d'affranchir le monde du travail de l'exploitation capitaliste.


On peut même dire que ce qu'on a appelé communisme municipal, avec ses tares (en particulier la délégation de pouvoir, la concentration de pouvoir sans contrôle autre que la volonté éventuelle de l'élu, mais sans cadre impératif) avait ambitions, de faire de la Commune la première marche de l'escalier permettant de partir à l'assaut du ciel.


Mais en cela, structurant une hiérarchisation-stratification et ses plafonds étanches, la stratégie, malgré des avancées indéniables qui poussèrent droites et réformistes à copier de peur d'être emporté, la forme représentative et l'écrémeuse des élites qu'elle sous-tend à vite permis au capital de reprendre la main. Cela simultanément à une intégration poussée des "parties nobles" sortie de l'écrémeuse. 

 

Par endroit un népotisme savamment entretenu dans les structures d'organisation a permis au "fils de", puis "fille de" d'assurer la professionnalisation héréditaire de la filière. La bourgeoisie avait gagné le principe, restait à laisser faire le temps. Le fruit à bletti, il tombe de l'arbre.


Regardez à quoi ressemble la direction du P"c"F et vous verrez que La Canaille a usé de propos mesuré pour qualifier cette évolution.


Si 95% des actifs de ce pays sont des salariés. Si ouvrier(e)s et agents de la fonction publique et des services publics représente plus de la moitié du corps électoral et qu'on ne les retrouve que marginalisé dans la représentation (élus possibles au second tour, mais encore moins maire) c'est bien que la ségrégation politique, comme pour l'accès aux études se fait sur le principe éprouvé d'une ségrégation sociale qui est devenu le moteur d'une fausse démocratie qui s'oppose à la représentation populaire réelle.


Il nous avait été dit qu'il fallait renoncer à la proportionnelle aux élections pour interdire l'arrivée du f-haine. Grace au scrutin en vigueur qui fabrique des notables, il accède au mandat au même rythme que la représentation sociale de ceux qui produisent les richesses en sont chassés.


La question du mode de scrutin dans les élections et surtout de la volonté politique d'investir le champ politique par le monde du travail est de nouveau posée. Il va falloir pour cela battre les totalitaires qui ne jurent que par la propriété du mandat à l'élu qui en dispose et construire cet investissement non pas en terme de représentation, mais en terme de mandat impératif et révocable.


Preuve que l'idée est bonne elle met en rage les haridelles de la troïka politique dominante, le cheval rose étant encore plus virulent (rôle idéologique) que le couple de droite, blanc et brun qui pour l'instant savoure le rapport de forces que le rose avec ses palefreniers délégataires leur ont établi.

En aéroponie, les fonctions de support et d'approvisionnement en eau et en éléments nutritifs, habituellement remplies par le sol, sont assurées par des « supports de plantes », généralement en matière plastique, et par des vaporisations permanentes (brouillard) de solutions nutritives 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article