Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

25 mai, mettons les cartes à plat

25 mai, mettons les cartes à plat

L'animateur des p@ges de ce c@rnet, celui qui signe Canaille le Rouge appelle au boycott de la mascarade du 25 mai.

Avec ses camarades de RougesVifs Ile de France, il partage le texte qui suit au point de s'y installer comme co signataire et a signé l'appel dont il est fait état.

La « construction » européenne est une imposture. Ce n’est pas une “construction”, c’est une désintégration. Ce qui est poursuivi, c’est la confiscation du pouvoir des peuples de choisir librement le système économique et social dans lequel ils souhaitent vivre. C’est l’intégration forcée à l’objectif du Capital pour augmenter les profits dans le cadre de sa mondialisation. Depuis son origine, l’UE est son outil pour généraliser la concurrence entre les travailleurs.

En 2005, Rouges Vifs IDF avait appelé à un NON A TOUTE CONSTITUTION EUROPEENNE. Créée pour promouvoir le point de vue du Travail, seul créateur de toute richesse, notre association veut mettre en évidence la nature exclusivement patronale et capitaliste de l’intégration européenne. Au détriment de coopérations internationales entre les peuples, communautés politiques historiquement constituées, qui doivent être libres de s’autodéterminer.

Participer à des élections qui prétendent détruire ce principe est la négation de la démocratie. Militer à les boycotter, une évidence.

C’est sur cette base que j’ai signé à titre personnel le texte en PJ (ce n’est pas un appel d’organisations en tant que tel). Cela prolonge notre position en 2005 et notre appel au refus de vote militant en 2009.

Sortir de l’UE et de l’euro est une position qui est maintenant quasi unanime dans notre association. Aucune politique favorable aux intérêts du monde du travail et de la population n’est possible dans ce carcan et pour cause, il a été conçu pour l’empêcher.

Pour affirmer le caractère illégitime de l’UE, il faut mettre en évidence le fait que notre peuple refuse d’en cautionner le subterfuge “démocratique” que constituent les élections au parlement européen.

Il ne s’agit pas de sembler récupérer une abstention qui s’annonce une nouvelle fois extrêmement importante. Ce qui est en jeu, c’est de donner une perspective politique au refus de vote assumé et d’en faire le préalable incontournable à l’exigence du changement, y compris dans les institutions de notre pays.

Dans le cadre du collectif CNR-RUE, Canaille le Rouge se déclare partie prenante du meeting parisien organisé le 26 avril 2014 à partir de 19h30 au FIAP, rue Cabanis à Paris 14ème.

 

Canaille le Rouge retenu ce 26 avril loin de Paris pour d'autres impératifs militants ne pourra être là.

Ce n'est pas une raison pour ne pas appeler à donner à ce meeting la dimension politique importante que cette campagne exige et de vous proposer de vous y rendre et d'y participer

Sa réussite passe par une participation importante. Je vous invite donc à prendre les dispositions pour vous y rendre si vous en êtes d’accord et disponible.

Rouges Vifs IDF y prendra la parole.

 

D’ici là, La Canaille vous appelle à lui retourner par retour de courriel votre accord pour signer ce texte, pour que votre apport participe à construire ce front du rejet qui ne sera pas que symbolique.

 

 

.

Appel national pour le boycott de l’élection européenne

 

 

Le 21 février 2014.

 

www.cnr-rue.fr

 

 

Les signataires de cet Appel créent le Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE) et s’engagent, en France, dans une campagne de boycott militant de l’élection des représentants de la France au parlement européen, le 25 mai 2014. Ils invitent à la création de comités similaires dans les départements et localités.

 

L’Union européenne (U.E.) et sa monnaie unique martyrisent les peuples sous le talon de fer de l’austérité à perpétuité. Le 25 mai 2014, cette politique et ce système devront être sanctionnés. Le meilleur moyen sera de délégitimer l’U.E., l’euro, les traités, la Commission, la Banque centrale européenne et le parlement européen par une abstention massive, une véritable grève du vote.

 

Le devoir de tout citoyen, lorsqu’une élection est organisée démocratiquement, et que son résultat peut avoir un effet politique sur les institutions, est d’utiliser son droit de vote conquis de haute lutte. Ce n’est pas le cas de l’élection au parlement européen.

 

1.- C’est le principe même de l’élection à un parlement européen qui doit être récusé. Un parlement, à l’échelle européenne, n’a pas lieu d’être car il n’existe aucun peuple européen susceptible, au moyen d’un Etat européen, de se former en communauté politique à l’échelle du continent et d’y exercer sa souveraineté. Si tel était le cas, les pouvoirs de ce parlement européen s’exerceraient nécessairement au détriment des pouvoirs des parlements nationaux.

 

2.- Le vote du 25 mai 2014 sera totalement stérile puisque le parlement européen n’a pas les pouvoirs de faire évoluer l’Union européenne. Il ne possède aucune des prérogatives d’un vrai parlement : il ne peut pas changer les traités qui fondent l’U.E., ne peut pas voter l’impôt, n’a pas l’initiative des lois… En outre, que les libéraux, les sociaux-démocrates européens, les Verts, le Parti de la gauche européenne gagnent des sièges, cela ne changera rien aux orientations politiques puisque l’eurodroite et la social-démocratie pilotent ensemble les travaux parlementaires.

 

3.- Le boycott des élections européennes servira aussi à dénoncer le double jeu politicien du Front national. Ce dernier, en effet, d’un côté prétend vouloir sortir de l’euro et de l’Union européenne, et d’un autre côté veut entrer dans le système – dans lequel il est déjà entré par la présence de madame Le Pen, députée européen - pour se goberger comme les autres. Il cautionne ainsi et profite lui-même de ces institutions qui lui garantissent à la fois des revenus substantiels, et son rôle de verrou du système politique. On comprend pourquoi, car en réalité le FN ne veut pas sortir unilatéralement la France de l’U.E. et de l’euro. La prétendue « sortie concertée et progressive » de l’euro prônée par Mme Le Pen perd toute portée pratique quand on sait que le FN la subordonne très officiellement au feu vert de l’Allemagne.

 

4.- L’élection au parlement européen n’est qu’une farce électorale. Elle n’a d’autre but que de simuler un acte démocratique et légitimer ainsi tout le système de l’U.E. C’est un devoir citoyen de voter quand le suffrage sert à la souveraineté du peuple, c’est aussi un devoir civique de refuser de voter quand le suffrage vise à détruire la souveraineté nationale et populaire. D’ailleurs, comment se faire prendre deux fois au même piège ? En refusant de tenir compte du « non » français du 29 mai 2005 au traité constitutionnel européen, le système a démontré son caractère tyrannique et dictatorial. Aucune élection juste n’y est possible.

 

Face à cette entreprise d’effacement national et de régression sociale, aucune des grandes forces politiques françaises en lice lors des prochaines élections européennes ne porte de projet alternatif et progressiste. Certaines de ces forces annoncent leur participation à ces élections pour faire parler d’elles. D’autres, espérant obtenir quelques élus, veulent faire du parlement européen une caisse de résonnance à leurs revendications. Ce ne sont qu’illusions et diversions. Illusions, car les grands médias ignorent les petites listes, tandis que l’absence de couverture médiatique des débats de ce parlement d’opérette interdit de donner le moindre écho aux mouvements euro-critiques. Diversions, car en participant à ce simulacre électoral, ces forces politiques cautionnent le système européen qu’elles prétendent dénoncer par ailleurs.

 

Seuls les citoyens qui se seront abstenus auront clairement délégitimé l’U.E. Leur acte sera un coup de tonnerre politique ôtant toute crédibilité à l’Union européenne, la ridiculisant et ouvrant un espace sans précédent aux luttes populaires. Le véritable enjeu de cette mascarade électorale sera donc l’abstention citoyenne.

 

Le 25 mai 2014

 

Le meilleur choix pour manifester son mécontentement à l’égard de l’U.E. sera de boycotter activement l’élection européenne !

25 mai, mettons les cartes à plat
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
&quot;Il ne s’agit pas de sembler récupérer une abstention qui s’annonce une nouvelle fois extrêmement importante.&quot;<br /> <br /> Je maintiens le commentaire que j'ai déjà placé sur le sujet. Je proposais un bulletin de &quot;non-vote&quot; qui distingue le boycotteur du pêcheur à la ligne. <br /> <br /> Le drapeau européen barré de la fin de l'article pourrait très bien faire l'affaire. Je vais l'utiliser. Par rapport au bulletin &quot;artisanal&quot; que je voulais me faire, il a l'avantage d'être visible de loin lors des dépouillements.<br /> <br /> Il faudrait donc en diffuser une version imprimable sur tous les sites et blogs de ceux qui militent pour ce boycott.